Sur le champ de bataille des idées, le concept de « France périphérique » est ressorti plus que triomphant, ces dernières années, au point de devenir un mot du langage courant. Son auteur, Christophe Guilluy a retracé avec nous, dans un long double entretien à découvrir en exclusivité sur notre site, sa naissance, son histoire, ses attaques, ses adversaires… Première partie.
Christophe Guilluy : "Le concept de France périphérique heurte autant les gauchistes que les libéraux"

À l'occasion d'une série d'été sur les concepts qui ont marqué le débat public ces dernières années au point de devenir des lieux communs parfois mal compris, Marianne s'est intéressé à la « France périphérique », de Christophe Guilluy. Nous avons longuement interrogé le géographe pour nourrir cet article disponible ici, et vous proposons de découvrir la version longue de cet entretien, en deux parties. Dans la première, Christophe Guilluy nous raconte la genèse de son concept avant sa consécration au moment des gilets jaunes, dans la seconde partie.Le géographe a également fait paraître Dialogue périphérique avec Sacha Mokritzky (Zinc, 2022).Marianne : Comment est né un concept tel que celui de « France périphérique », dans votre réflexion ?Christophe Guilluy : J’ai toujours travaillé sur les catégories populaires, et notamment sur les quartiers dits « sensibles ». Ils ont toujours été mon champ d'analyses et de recherches : politique de la ville, évolution des grandes métropoles, etc. Ce qui m’a conduit, peu à peu et pour faire simple, à comprendre que les métropoles devenaient des espaces gentrifiés, y compris au-delà de Paris. Dans le même temps, je gardais en tête une autre...