Depuis plusieurs semaines, un mouvement de contestation inédit embrase le pays. 

Les autorités ont décidé d'un couvre-feu pour une troisième nuit consécutive à Santiago, la capitale chilienne. Lundi 21 octobre, le général Javier Iturriaga, chargé d'assurer la sécurité publique depuis l'éclatement de violentes protestations sociales au Chili qui ont fait onze morts, a déclaré dans une allocution télévisée que ce couvre-feu "concernera toute la région métropolitaine [de Santiago] aujourd'hui à partir de 20 heures [une heure, heure française] et jusqu'à six heures [11 heures, heure française]".

Un premier couvre-feu nocturne avait été décrété dès samedi soir dans la capitale, renouvelé dans la nuit de dimanche à lundi.

La Haut-Commissaire aux droits de l'Homme de l'ONU et ex-présidente du Chili, Michelle Bachelet, appelle au dialogue immédiat entre gouvernement et manifestants.

2 151 personnes arrêtées depuis vendredi

Des milliers de manifestants se sont à nouveau rassemblés lundi dans le centre de Santiago, scandant "Les militaires dehors", à l'adresse des soldats et policiers déployés en nombre dans le centre de Santiago. Près de 10 000 d'entre eux ont été déployés. C'est la première fois que des militaires...

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !