MONDE DE DEMAIN - Des scientifiques français et britanniques ont mis au point une peau artificielle à appliquer sur n'importe quel type de machine afin d'"établir le contact". Pour en savoir plus, LCI a contacté le chercheur français Marc Teyssier, l'un de ses concepteurs.
Chatouiller, caresser, pincer : grâce à cette peau artificielle, nos robots deviendront-ils un jour sensibles au toucher ?

Après avoir appris à se déplacer, s'exprimer, reconnaître voire sentir, les robots sont en passe d'acquérir le sens du toucher. S’inspirant de la peau humaine, des scientifiques des universités de Bristol, La Sorbonne et Télécom Paris, ont en effet mis au point une peau artificielle permettant de doter d’acuité tactile n'importe quel appareil électronique, ou presque. "Jusque-là, la tendance était d'éviter que les robots n'entrent en contact avec leur environnement. Ici, à l’inverse, le but est d’établir un contact entre l’utilisateur et la machine", explique à LCI Marc Teyssier, chercheur en interaction homme-machine à Paris Télécom, qui a conçu ce prototype.

Ressemblant à s’y méprendre à de la peau humaine, cette membrane en silicone est capable, une fois couplée avec une machine (smartphone, ordinateur, robot éducatif), de lui transmettre la sensation de chatouillement, de torsion, de caresse ou encore de pincement. Son petit nom ? Skin-On. "Le postulat (...)

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !