« Je soupçonne beaucoup d'électeurs d'avoir soutenu M. Johnson en pensant que cela signifiait qu'ils n'entendraient plus jamais parler de l'UE. Ils vont vite déchanter ​»
«Cette élection a mis Boris Johnson en position de force, mais elle n’a pas rassemblé le pays». La tribune de Peter Ricketts

Les faits : Sir Peter Ricketts était ambassadeur du Royaume-Uni en France de 2012 à 2016.

Peut-être le Général avait-il raison. Lors de sa conférence de presse à l’Elysée le 14 janvier 1963, le Président de Gaulle avait annoncé sa décision de bloquer l’entrée des Britanniques dans la CEE en notant que le pays avait « des habitudes et des traditions très marquées, très originales. Bref, la nature, la structure qui sont propres à l’Angleterre diffèrent profondément de celles des continentaux ».

Les habitudes très originales de la Grande-Bretagne ont été pour le moins visibles lors de cette étrange élection. Elle tournait autour de la question de savoir si les électeurs adhéraient ou non à la promesse de Boris Johnson de « concrétiser le Brexit ». Le slogan a transcendé les allégeances tribales de parti et les distinctions traditionnelles entre gauche et droite.

Les résultats montrent que suffisamment d’électeurs ont été séduits par ce chant de sirène pour donner à M. Johnson la plus grande majorité parlementaire depuis la victoire de Mme Thatcher en 1987. Cela changera la politique ici. Adieu débats dramatiques et votes...

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !