Une trentaine de manifestants ont brièvement envahi vendredi à la mi-journée le siège de la CFDT à Paris. Une action revendiquée par une "coordination RATP-SNCF".
Ce que l'on sait de l'intrusion au siège de la CFDT à Paris

Le secrétaire général de la CFDT Laurent Berger a condamné cette action sur Twitter, ainsi que les agressions verbales et les menaces dont il affirme être la cible, lui et le syndicat qu'il dirige, depuis quelques jours.

Une coordination officiellement sans étiquette syndicale

La "coordination RATP-SNCF" qui a revendiqué l'envahissement des locaux de la CFDT en rappelle une autre, une coordination de cheminots active en 2018, lors de la longue grève en pointillés contre la réforme de la SNCF. Elle avait notamment manifesté devant les locaux où se déroulait une réunion de l'intersyndicale CGT-CFDT-SUD-UNSA, jugée trop molle et soupçonnée de vouloir lever la grève.  Officiellement, cette coordination n'a donc pas d'étiquette syndicale, elle se revendique de la base. Mais l'un de ses principaux intervenants, Anasse Kazib, très présent médiatiquement et visible sur les vidéos tournées aujourd'hui au siège de la CFDT, est membre de SUD-Rail et il ne cache pas, en outre, son militantisme au sein d'un courant minoritaire du NPA, le Nouveau Parti Anticapitaliste.

La CFDT dans le collimateur de nombreux manifestants

Les manifestants qu'on a pu croiser lors des...

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !