Jusqu'où cela va-t-il aller ? Pour attirer le chaland, les enseignes de la grande distribution ont pris la fâcheuse habitude de lancer le début des festivités de fin d'année chaque année un peu plus tôt. Et ça fait vingt-cinq ans que ça dure. Sauf que là, la concordance des temps n'est pas des plus heureuses. Et, surtout, cette stratégie confine à l'absurde. Démonstration.
Calendrier de l’Avent en avance : les méthodes des hypermarchés pour nous transformer en pigeons

C’est devenu un rituel. Chaque année, à l’approche des fêtes, les enseignes de la grande distribution partent à l’assaut de leur « golden quarter », ce trimestre doré où, traditionnellement, elles connaissent un pic de leurs ventes. Mais ce rituel confine désormais à l’absurde. Car pour être certaines de ne pas rater le coche, toutes ont pris l’habitude de lancer le début des festivités chaque année un peu plus tôt. L’air de ne pas y toucher, elles grignotent ainsi, avec une régularité stupéfiante, une journée par an sur la temporalité de nos achats. Et ça fait vingt-cinq ans que ça dure. Forcément, là, ça commence à se voir : par exemple, Carrefour a sorti cette année son catalogue de jouets le 12 octobre ; en 1998, il fallait « attendre » le 16 novembre, soit trente-cinq jours de différence avec aujourd’hui (voir graphique).On est à la mi-octobre, les bouteilles des foires au vin sont à peine remballées que, déjà, les rayons des grandes surfaces s’emplissent de costumes d’Halloween, de calendriers de l’Avent et de jouets en pagaille. De partout, les opérations spéciales déboulent dans les magasins, précédées d’un long cortège de publicités, catalogues et autres opérations de...

Retrouvez vos produits et commandez en ligne ! High-Tech, Cuisine & Maison et Bien-être, retrouvez nos offres !