750 vues

"La vie est trop dure, où aller ?", soupire Naeem, 17 ans, devant les portes fermées du centre d'accueil pour mineurs qui borde la "Jungle" de Calais. Comme lui, des dizaines de jeunes non enregistrés ces derniers jours errent, inquiets et perdus, aux abords du bidonville.

Publicité
Publicité
Contenus sponsorisés