Si le cas de l'hydroxychloroquine est le plus emblématique, une partie de la communauté scientifique s'inquiète plus largement de la communication parfois prématurée des chercheurs et du manque de prudence des médias.
"Ça apporte plus de stress que d'information" : comment l'emballement autour des études scientifiques sur le coronavirus trouble public et chercheurs

Le saviez-vous ? Les anticorps du lama pourraient servir à traiter le Covid-19, de même qu'un antipsychotique. On apprend aussi que le virus peut infecter les chats et que son effet serait aggravé par la pollution. En revanche, il ne frappe pas plus durement les diabétiques de type 1, ni les personnes traitées contre l'hypertension. Vous vous sentez noyés sous les informations scientifiques ? Ce ne sont que quelques exemples d'articles publiés par franceinfo, depuis le 1er mai, au sujet de la recherche sur le coronavirus. Une goutte d'eau dans l'océan des publications scientifiques : plus de 1 000 essais cliniques sont en cours pour tenter de trouver un traitement, selon la base de données de la revue The Lancet (en anglais).

Toutes les infos ci-dessus sont authentiques, mais reposent sur des recherches au niveau d'avancement très divers. Certaines voix, dans la communauté scientifique, s'inquiètent de cette profusion d'annonces médiatiques sur des travaux en cours. L'Académie nationale de médecine a d'ailleurs mis les pieds dans le plat, dans un communiqué : "Trop de précipitation dans la communication, trop d'annonces prématurées, (...) pas assez de...

Faites une action inoubliable : en savoir plus sur le leg Unicef

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !