Dans un communiqué commun, l'Etat et la région Hauts-de-France ont dénoncé « la brutalité, la pertinence et les fondements » de la fermeture de l'usine. Le fabricant de pneus invoque la faiblesse de la demande et la forte concurrence pour justifier la fermeture
Bridgestone veut fermer son usine de Béthune, le gouvernement dénonce une «trahison»

Le fabricant japonais de pneumatiques Bridgestone a annoncé mercredi 16 septembre vouloir entamer des discussions en vue de la fermeture de son usine de Béthune (Pas-de-Calais). Bridgestone met en avant la faiblesse de la demande et la forte concurrence pour justifier sa décision. L’usine de Béthune, mise en service en 1961 et d’une capacité de production d’environ 17 000 pneus par jour, emploie 863 personnes. Selon Laurent Dartoux, président et directeur général de Bridgestone Europe Afrique et Moyen-Orient, la fermeture pourrait avoir lieu durant le deuxième trimestre 2021.

Une décision qui a fait réagir le gouvernement. Dans un communiqué commun, la ministre du Travail, Elisabeth Borne, la ministre déléguée chargée de l’Industrie, Agnès Pannier-Runacher, et le président de la région Hauts-de-France, Xavier Bertrand, ont contesté « la brutalité, la pertinence et les fondements » de la fermeture de l’usine. Ils demandent à Bridgestone « que soient ouverts et analysés en détail l’ensemble des scénarios alternatifs à la fermeture du site ». Le communiqué précise qu’une rencontre avec les représentants du personnel et élus du...

Aidez Unicef à venir en aide aux enfants démunis ! Découvrez le leg

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !