L'acteur et réalisateur Bernard Giraudeau a levé l'ancre il y a dix ans. Ce baroudeur intranquille dévora l'existence jusqu'à l'ultime, comme on affronte les quarantièmes rugissants.
Bernard Giraudeau : L'âme des fonds marins

Il a mis définitivement les voiles le 17 juillet 2010, vaincu par le cancer après quatre rechutes. Le comédien Bernard Giraudeau, fou de mer, savait qu’il ne gagnerait pas mais qu’il pouvait tenir la mort au large. Il l’a fait pendant dix ans pour s’ouvrir aux autres. Un ultime baroud dont il a fait une leçon de vie avec panache et élégance. Ce bourlingueur affamé était bien plus qu’un acteur populaire. Il vivait. À en mourir. « Je voyais bien que j’allais vers quelque chose qui me rapprochait de l’abîme », dira-t-il quand il apprit sa maladie.

Peu d’hommes ont vécu aussi intensément que lui. Un homme pressé, qui débordait sa vie parce qu’il en avait la passion tumultueuse, comme si elle allait se dérober au plus vite. Passion qui permettait son propre dialogue avec la mort.

Impatient, éternel insatisfait, il avouait avoir « toujours débordé dans l’extrême », poussé par son incurable inaptitude au bonheur vers des quêtes effrénées d’horizons lointains. Seul l’appel du large l’apaise. L’unique infini qu’il supporte.

DU PONT AUX PLANCHES

C’est le 18 juin 1947 que naît à La Rochelle ce petit-fils de...

Lire la suite sur Francedimanche.fr

Découvrez la plateforme Divertissement Planet + ! Profitez de l'offre dès maintenant !

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !