JEU DANGEREUX - Dans l'espoir d'une vie meilleure, de nombreux Allemands de l'Est ont tenté de passer à l'Ouest, de franchir le Mur. Avec des fortunes diverses. Hans-Peter Spitzner et sa fille Peggy, âgée de 7 ans à l'époque, ont, eux, été parmi les derniers à réussir ce pari fou. Ils nous racontent.
Berlin, 1989-2019 : les derniers transfuges

Les 155 kilomètres de béton érigés sur 3,60 mètres et la surveillance militaire devaient dissuader les Allemands de l’Est de rejoindre les quelque 2,7 millions de citoyens ayant préféré fuir le bloc communiste. Mais rien n’y a fait : des milliers de personnes ont continué à tenter leur chance, parfois au péril de leur vie.  On estime à 5.000 le nombre d’habitants de Berlin-Est ayant réussi à franchir la frontière. A pieds, faisant fi des barbelés, sous la terre, par les airs ou dans l’eau, tous les moyens ont été explorés. C’est d’ailleurs à la nage que Mario Wachtler s’est décidé à passer. Lorsque le jeune homme choisi de quitter la capitale allemande, il ne sait pas qu’il deviendra la dernière personne à s’enfuir d’Allemagne de l’Est ni que cette barrière qui le sépare d’un "meilleur avenir" sera détruite à peine deux mois plus tard. Son évasion est minutieusement planifiée. Comme il l'a expliqué (...)

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !