EMPLOI - En France, les jeunes, et notamment les plus diplômés, connaissent davantage de chômage que dans d'autres pays similaires. Une étude de l'EM Normandie montre que de nombreux stéréotypes persistent sur eux. Résultat : cela nuit à leur embauche.

C’est une spécificité dont l’on se passerait bien : en France, le chômage des jeunes est haut. Très haut : 20,1% tous niveaux de qualification confondus, contre 14,2% en Europe. Comment expliquer cette spécificité ? Les recruteurs ont-ils peur des jeunes ? Y a-t-il un "péril jeune" ? Le chercheur Jean Pralong, titulaire de la Chaire Compétences employabilité et décision RH de l’EM (Ecole de management) Normandie, a tenté de comprendre cette exception. 

Dans cette optique, il a notamment comparé les trajectoires de jeunes diplômés niveau bac + 5 en France, au Royaume-Uni, au Portugal, en Suisse, aux Pays-Bas et en Allemagne.  Car pour ces diplômés, la différence est encore plus frappante : en France, ils sont 9,2 % à être au chômage un an après la fin de leurs études, tandis que leurs homologues européens sont près du plein emploi (4, 8%).   Douloureuse insertion De manière générale, l’insertion professionnelle est, pour les jeunes Français (...)

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour : 

Vidéo : Impressionnante sortie de piste d'un avion de la Patrouille de France