Le scandale de l'espionnage par le logiciel Pegasus des téléphones de journalistes marocains et français et peut-être, même, du portable d'Emmanuel Macron, révèle la réalité longtemps cachée de l'État marocain.
Avec Pegasus, le royaume marocain mis à nu

Le voile s’est déchiré. Pegasus, l’imprévisible cheval de Troie à l’affût dans les profondeurs des iPhone, s’est transformé en mouchard des mœurs policières du royaume alaouite. Tel est pris qui croyait prendre. Les révélations sur les conséquences de la vente aux États du système élaboré par la firme israélienne NSO jettent une lumière cruelle sur la réalité d’un pays pour lequel Paris a toujours eu les yeux de Chimène.Il est temps. Malgré les multiples reportages, témoignages, ouvrages, documents, publiés depuis vingt ans sur la vraie vie des Marocains, un aveuglement concerté et (fort bien) argumenté a toujours prévalu.Politiques, hommes d’affaires, publicitaires, technocrates, intellocrates : tous connaissent par cœur cette douce paresse, ce présupposé d’indulgence qui fondent sur le visiteur, sitôt siroté le thé à la menthe du royaume enchanté. On est si bien, n’est-ce pas, entre gens qui se ressemblent, adorent l’Occident en général, la France en particulier, et maîtrisent la menace terroriste grâce à des services de renseignements d’une efficacité remarquable ? Ils avaient aidé Paris au moment des attentats de novembre 2015 et déjouent chaque mois des projets d’opérations...

Participez à notre grand jeu de l'été ! Remportez des chèques cadeaux d'une valeur de 500 € et un mois gratuit à notre offre de divertissement Hedony !