Le couscous s'est immiscé dans le débat entre Éric Zemmour et Jean-Luc Mélenchon, diffusé sur BFMTV ce jeudi 23 septembre. De Nadine Morano à Arnaud Montebourg en passant par Florian Philippot, la classe politique a pris l'habitude d'instrumentaliser cette spécialité maghrébine, qui fait partie des plats préférés des Français.
Avant Mélenchon-Zemmour, toutes ces fois où le couscous s'est invité dans le débat politique

Chirac avait la tête de veau, Mélenchon a le couscous. Une nouvelle fois, la politique s'est invitée à table, lors du débat opposant le polémiste et « pré-candidat » Éric Zemmour au leader de la France Insoumise, ce jeudi 23 septembre sur BFMTV.Les deux orateurs se sont brièvement écharpés sur le fait de savoir si le couscous était oui ou non le plat préféré des Français, l'une des rares questions qui soit passée à travers le dispositif exceptionnel de fact-checking, mis en place pour contrôler leurs dires sur la fraude aux prestations sociales ou le nombre de chômeurs en France. Jean-Luc Mélenchon a tressé les louanges de cette spécialité maghrébine à base de semoule de blé dur, de bouillon, de viande et de légumes, symbole selon lui de la « créolisation » en cours de la société française.Incarnation du plat familial et exotique depuis sa popularisation en France à partir des années 1960, comme l'explique la chercheuse Marianne Brisville, le couscous a été largement utilisé par le passé par les hommes et femmes politiques de tous bords. Arme pour se défendre d'accusation de racisme ou symbole de la créolisation, tour d'horizon des instrumentalisations politiques du plat préféré...

Vous avez envie de lancer votre projet ? De créer votre entreprise ? Découvrez la formation prise en charge à 100% par l'état >