L'homme, qui officiait auparavant à Sarcelles, avait fait l'objet en 2015 d'une mesure d'obligation de quitter le territoire français, demandée par les services de renseignements. La mesure n'avait jamais été appliquée. 
Attaque à la préfecture de police : l'un des imams de Gonesse, soupçonné d'être radicalisé, affirme n'avoir "jamais parlé" avec Mickaël Harpon

L'un des imams de la mosquée de Gonesse, dans le Val-d'Oise, fréquentée par Mickaël Harpon, l'assaillant de la préfecture de police de Paris, affirme n'avoir "jamais parlé" avec lui. "Il était très discret, je ne connais pas son nom, ni où il travaille, ni où il habite, je n'ai jamais parlé avec lui, mais des fois il me sert la main", explique Ahmed Hilali à franceinfo.

Mesure d'obligation de quitter le territoire jamais appliquée

Cet imam, qui officiait auparavant à Sarcelles, avait fait l'objet en 2015 d'une mesure d'obligation de quitter le territoire français demandée par les services de renseignement, en raison notamment de ses prêches radicaux et de ses fréquentations, selon le député François Pupponi (ex-PS), ancien maire de la ville. Cette mesure n'a jamais été appliquée. Les dirigeants de la mosquée de Sarcelles où il officiait avaient tout de même fini par le licencier.

L'imam se défend de tout radicalisme religieux

Depuis février 2017, Ahmed Hilali dirige des prières à Gonesse et possède un titre de séjour valable jusqu'en 2020. Au micro de franceinfo, il se défend de tout radicalisme religieux.

Jamais je n'ai été convoqué par la...

Vous aussi vous avez un peu de temps devant vous ? Profitez de 30 jours d'essai gratuit à Prime Video pour voir et revoir tous les films et séries préférés.

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !