Plus de deux mois après l'assassinat du président Jovenel Moïse, Haïti se trouve plongée dans un immense chaos. Outre la violence endémique de l'île et les crises économiques et politiques, l'enquête pour retrouver les coupables prend des chemins de traverse surprenants… Un conflit opposant le Premier ministre et le procureur de Port-au-Prince s'est soldé par le renvoi du second.
Assassinat du président haïtien : passe d’armes entre le procureur et le Premier ministre

Deux mois et demi après le meurtre du président haïtien Jovenel Moïse, le pays, plongé dans une crise politique, sécuritaire et économique, cherche toujours à connaître les détails de ce violent assassinat. Mais l’enquête s’est brusquement emballée ces derniers jours, à cause d’une confrontation entre Bedford Claude, le commissaire du gouvernement de Port-au-Prince (l’équivalent de procureur), et le Premier ministre Ariel Henry.Tout a commencé par la publication, le 20 août, d’un rapport du Réseau national des droits humains où l’on apprend que le Premier ministre a échangé par téléphone avec l’un des principaux suspects dans l’affaire, Joseph Félix Badio, la nuit du meurtre de Jovenel Moïse. Ancien cadre de l’unité de lutte contre la corruption, Joseph Félix Badio aurait été géolocalisé près de la résidence du président, toujours la nuit de l’attentat, au moment même où lui et le Premier ministre se sont téléphoné, vers 4 heures du matin.Trouble autour du Premier ministreCes appels téléphoniques ont été confirmés par la compagnie Digicel qui a soumis aux autorités judiciaires les relevés. Ariel Henry a alors essuyé une pluie de critiques de la part des proches de l’ancien...

Vous avez envie de lancer votre projet ? De créer votre entreprise ? Découvrez la formation prise en charge à 100% par l'état >