Le producteur de cinéma a été reconnu coupable d'agression sexuelle et viol, lundi à New York.
Après la condamnation d’Harvey Weinstein, la presse américaine espère un tournant face au harcèlement et aux agressions sexuelles

La condamnation d’Harvey Weinstein pour agression sexuelle et viol, lundi 24 février, a été saluée par la presse américaine, mardi. Elle a vu dans ce verdict à l’encontre du producteur de cinéma une étape significative d’une prise de conscience créée par le mouvement #metoo contre le harcèlement et les agressions à caractère sexuel.

Dans son éditorial du jour, le New York Times note que cette condamnation « qui n’a que trop tardé » s’explique par ce qu’il considère comme une évolution majeure. L’accusation a en effet réussi à franchir « une barrière » commune à de nombreuses affaires similaires, « à savoir l’absence de preuves physiques ou d’autres preuves corroborantes ». Elle a « également surmonté un autre obstacle, encore plus fondamental : la défiance à l’égard des femmes qui dénoncent une agression sexuelle ». Une défiance « internalisée » par les femmes, qui explique le relativement faible nombre de plaintes déposées, selon le quotidien.

« Les délais de prescription des Etats doivent être prolongés ou supprimés »

« Si une approche juridique plus équilibrée concernant...

Vous aussi vous avez un peu de temps devant vous ? Profitez de 30 jours d'essai gratuit à Prime Video pour voir et revoir tous les films et séries préférés.

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !