Sans cesse, sans arrêt, les jeunes doivent être en éveil, l'agenda bourré d'activités et leur rythme soutenu, regrette le philosophe. Faire la guerre à l'ennui revient à amputer leur jeunesse.
"Apprenez à vos enfants à s'ennuyer !"

« Je n’avais aucune heure fixe, ni pour me lever, ni pour déjeuner ; j’étais censé étudier jusqu’à midi : la plupart du temps, je ne faisais rien. » Chateaubriand se souvient de son enfance au morne château de Combourg, perdu parmi les landes brumeuses de la lointaine Bretagne. Une enfance sans ordinateur ni smartphone chronophage. Ces machines font disparaître le temps, le dévorent parce qu’elles le remplissent ; l’ennui, au contraire, en le ralentissant, profite du désœuvrement pour rendre le temps quasi palpable. De quel « rien » parle l’écrivain ? Du « rien » fécond de l’ennui. Le « rien » que viennent habiter la rêverie, la flânerie dans des mondes imaginaires aussitôt dissipés qu’apparus, le vagabondage sans boussole des idées et des sensations. N’est-ce pas dans ce seul à seul avec soi, ce temps du « rien » noté par Chateaubriand, cette vacuité du temps, que naît puis se développe la vie intérieure ?L’ennui rend le monde à la vacance, il le dénude des oripeaux dont il est surchargé ; à travers le désœuvrement qui l’accompagne, l’ennui est la rencontre avec le temps pur (que les admirateurs de Bergson baptiseront « durée »). L’on exige que le temps de l’enfant soit aussi...

Retrouvez vos produits et commandez en ligne ! High-Tech, Cuisine & Maison et Bien-être, retrouvez nos offres !