Alors que le polémiste Éric Zemmour vampirise le débat de la campagne présidentielle, certains pompiers de service tentent maladroitement d'éteindre sa percée dans les sondages. Raté, ils le renforcent et rejoignent l'un après l'autre le club des idiots utiles du quasi-candidat.
Apathie, Belattar, Vanhoenacker, Ruquier : les "idiots utiles" d’Éric Zemmour

Et si en pensant éteindre l’incendie, des pyromanes avaient alimenté la candidature d’Éric Zemmour en combustible ? Jusqu’à l’overdose, le polémiste vampirise un débat politique devenu hystérique. Il ne se passe plus une journée sans qu’un éditorialiste ne traque sa moindre saillie pour susciter l’indignation ou qu’une humoriste se pense subversive en dessinant des moustaches de Hitler sur une affiche de propagande. La dénonciation du méchant manque sa cible et l’alimente. Le tout grossit sous l’effet des algorithmes et sert sa stratégie, telle que la décrivait l'enquête de Marianne : « Une campagne destroy, d’une grande violence », tout entière centrée sur l’immigration et l’identité, mais sans bousculer ni le système ni les puissants. À la cérémonie des idiots utiles d’Éric Zemmour, les nommés sont :Gilles Bornstein : « Éric Zemmour n’a pas le droit de venir sur France Info »Comme dans un rêve. Zemmour n’aurait pas trouvé meilleur exemple de la supposée ostracisation du service public dont il ferait l’objet. Le 7 octobre, en direct sur France Info, Gilles Bornstein cafouille face à l'adjoint au maire de Paris Ian Brossat (PCF) qui accuse grossièrement les journalistes d'avoir...

Vous avez envie de lancer votre projet ? De créer votre entreprise ? Découvrez la formation prise en charge à 100% par l'état >