Disparue il a trente ans, Alice Sapritch aura trouvé la gloire en incarnant des femmes méchantes. Cible des chansonniers, cette diva exubérante au port de reine demeure ancrée dans nos mémoires.
Alice Sapritch : 30 ans déjà...

Personne n'a oublié ses « chéri chéri », son air de matriochka des rives du Bosphore d'où elle venait, son regard lourd, sa voix grave, ses turbans et son long fume-cigarette qui la précédait en tous lieux. Emportée par une crise cardiaque à Paris, le 24 mars 1990 dans son domicile de Saint-Germain - des-Prés, un quartier auquel elle resta fidèle toute sa vie, Alice Sapritch avait le physique des monstres sacrés inclassables. Elle reste dans la mémoire du public l'une des grandes tragédiennes de la télévision.

De son vrai nom Alice Sapriç, née à Ortaköy, le 29 juillet 1916, de parents arméniens, dans l'ex-Empire ottoman, Alice Sapritch a passé toute son enfance à Istanbul qu'elle quitte à l'âge de 13 ans. Après un passage à Bruxelles, elle arrive à Paris avec l'envie viscérale de faire du théâtre et une lettre de recommandation pour Gaston Baty, alors directeur du théâtre du Montparnasse. Toutefois, la capitale parisienne, liée à son statut d'étrangère, sera loin d'être un eldorado. L'argent que lui rapportent ses prestations de « modèle d'art » lui permet de financer ses études et elle sort du Conservatoire aux côtés de Jacques...

Lire la suite sur Francedimanche.fr

Obtenez votre guide mutuelle des seniors et profitez d'un accompagnement personnalisé !

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !