Alors que les pompiers réclament de meilleurs salaires, leur manifestation à Alger le 2 mai dernier, jugée illégale, a été violemment bloquée par la police.
Algérie : 230 pompiers mis à pied pour avoir manifesté

La réaction des autorités n'a pas traînée, au lendemain de la manifestation de centaines d'agents de la Protection civile dans les rues d'Alger le dimanche 2 mai. 230 agents ont été suspendus pour avoir enfreint la loi. Cette marche a été violemment bloquée par la police alors qu'elle se dirigeait vers le palais présidentiel."Ils nous ont frappés et ont utilisé du gaz lacrymogène. Nous n'avons rien fait. Nous n'avons rien cassé", a témoigné un pompier dans une vidéo diffusée sur internet.

La marche organisée par des #pompiers#Alger a été sévèrement réprimée par les services de sécurité. Du gaz lacrymogène et des balles en caoutchouc ont été tirés sur les manifestants pour les disperser. pic.twitter.com/41rYDK0IW1

— Observ'Algérie (@ObservAlgerie) May 2, 2021

Le gouvernement algérien a donc choisi la confrontation, alors que depuis la mi-avril, des revendications salariales agitent les unités de sapeurs-pompiers de toutes les wilayas(préfectures). Dès dimanche 2 mai, le ministère de l'Intérieur avait diffusé un communiqué dans lequel il qualifiait d'"illégale" la marche des pompiers et évoquait "un complot contre le pays". Les...