Ils expliquent à l'Observatoire français des drogues et des toxicomanies avoir augmenté leur consommation d'alcool par "ennui", par "stress", ou même par "plaisir".

L'Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT), publie dans sa revue "Tendances" un état des lieux des addictions en France pendant le confinement, entre le 17 mars et le 11 mai.

Alcool : des bons et des moins bons élèves

Concernant l'alcool, un quart des buveurs aurait diminué sa consommation pendant le confinement tandis que deux tiers (65%) ont déclaré une consommation similaire à leurs habitudes pré-confinement. Pourtant, même s'il y avait moins d'événements festifs et que les opportunités pour boire étaient fortemment réduites, un usager sur dix environ aurait bu davantage pendant le confinement. Parmi les raisons avancées : l'ennui, le stress, l'anxiété ou encore le plaisir.

Tabac : consommation stable ou en baisse pour 75% de fumeurs

Pour le tabac, avec la fermeture des frontières, davantage de Français ont acheté leurs cigarettes dans l'Hexagone (environ un quart des ventes au total). Selon cette étude, la majorité des fumeurs (55%) ont maintenu un usage stable de leur consommation, près d'un fumeur sur 5 aurait moins fumé pendant le confinement. En revanche, un quart des fumeurs aurait augmenté leur consommation. Des chiffres qui...

Protégez vos proches avec des solutions de Téléassistance !

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !