Le ministère du Budget va verser, au maximum,15 000 euros mensuels pendant trois mois pour les charges des boites de nuit. Nicolas Lamotte, estime que sans aide durable, "la moitié des clubs en France vont disparaître". 
Aide financière de l'État aux discothèques: "Ça va éviter à beaucoup d'entre nous le dépôt de bilan", estime un gérant de boites de nuits normandes

Les gérants de discothèques, dont l'activité n'a toujours pas repris, contrairement aux patrons de bars et de restaurants, vont bénéficier d'un coup de pouce de l'État pour le paiement de leurs charges. Le ministre délégué au Budget a annoncé, vendredi 24 juillet, que les loyers, factures d'eau et d'électricité et autres frais des boîtes de nuit seront pris en charge à hauteur de 15 000 euros par mois maximum, pendant trois mois. "Ça va éviter à beaucoup d'entre nous le dépôt de bilan", réagit samedi sur franceinfo Nicolas Lamotte, gérant de deux discothèques en Seine-Maritime.

Une aide d'urgence, et après ?

"On est combatifs, parce que le combat est loin d'être fini. Aujourd'hui, on n'a aucune date de réouverture, a indiqué le commerçant. J'ai participé à la première réunion au ministère du Budget de la semaine dernière. On a vu une volonté de l'État de nous aider", avance-t-il. Concernant le montant de l'aide, Nicolas Lamotte estime que "c'est déjà une partie. Ca paiera nos loyers, mais il y a encore énormément de charges à payer."

Très sincèrement, on pense que plus de la moitié des clubs en France vont disparaître s'il n'y a pas...

Faites une action inoubliable : en savoir plus sur le leg Unicef

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !