Pour David Lisnard, maire de Cannes, et Yves d'Amécourt, vigneron et porte-parole national du Mouvement de la ruralité, passer d'une assurance par répartition à une assurance par capitalisation aiderait les agriculteurs démunis face aux aléas climatiques, comme nous l'avons constaté lors des gelées de ce début d'avril.
Agriculture : une assurance par capitalisation face aux aléas climatiques et économiques ?

Une fois de plus, le monde agricole paye un lourd tribut à la nature. Les gelées de ce début d’avril auront vu des températures excessivement basses s’abattre dans nombre de zones sensibles comme le révélait le 8 avril dernier Serge Zaka, docteur en agrométéorologie : -11,4 °C à Barcelonnette, -10,7°C à Sédéron, -7.4°CC à Saint-Étienne, -5.5°C à Prades au Pic Saint-Loup ou -4.2°C à Avignon (record explosé de 3°C !).Les bougies allumées dans les vignobles de France, les bottes de paille, les éoliennes souffleuses d’air chaud, les hélicoptères en rase-mottes, les asperseurs, les bâches, tous les efforts déployés par les agriculteurs inquiets n’auront pas pu lutter contre ce froid venu du pôle Nord, qui a fait chuter les températures et sinistré une grande partie des exploitations du Nord à la vallée du Rhône en passant par le Sud-Ouest. Des centaines de milliers d’hectares ont été touchées dans dix régions sur les 13 métropolitaines.Lutte contre le gel cette nuit sur les coteaux de l’Hermitage, merci à nos équipes d’avoir veillé sur le vignoble et courage à tous les vignerons. pic.twitter.com/oUqNQAS4XF— Paul Jaboulet Aine (@PJabouletA) April 8, 2021 Pire épisode depuis...