Depuis nos révélations, des parents et une poignée d'encadrés ont confirmé s'être déjà plaints du comportement inapproprié du surveillant de l'école de l'Opéra de Paris sur les enfants. La position des directeurs pédagogiques et de la danse consistant à affirmer qu'ils ignoraient tout des agissements de cet homme de 27 ans semble désormais difficile à tenir.
Agressions sexuelles à l’école de danse de l’Opéra de Paris : la direction avait été alertée

Les nuages noirs annonciateurs de gros temps s’amoncellent au-dessus de l’Opéra de Paris. La révélation de Marianne le 20 avril dernier - information confirmée une semaine plus tard par le parquet de Nanterre - qu’un prédateur sexuel, Alexis P., sévissait à l’intérieur de sa prestigieuse école de danse depuis six ans a fait tanguer la direction de l’institution. Et a servi de catalyseur. Avec la vertu de contribuer à libérer les esprits et la parole sur lesquels pesait une épaisse chape de plomb depuis des mois.Comme nous l’indiquions dans notre article, des membres de l’encadrement avaient alerté par le passé à plusieurs reprises la direction de l’école de danse du comportement inapproprié de cet assistant d’éducation, le jour, et veilleur de nuit, les dimanches soir, sans que celle-ci ne réagisse. A la suite de notre parution, nous avons joint des parents de « petits rats » qui ont bien voulu rompre le silence qu’ils s’étaient imposé par peur de mettre en danger la carrière de leurs enfants, « soulagés que le surveillant soit enfin mis hors d’état de nuire ».Témoignages troublantsPour le moment, l’homme de 27 ans a été mis en examen des faits de corruption de mineurs, d’atteinte...