ISLAMISME - Christophe Castaner a dévoilé que 287 signalements de radicalisation d'agents publics ont été communiqués à la DGSI au cours des six derniers mois. Le ministre de l'Intérieur a annoncé que plus de la moitié a été classée sans suite.
Agents publics radicalisés : la majorité des 287 signalements recensés en six mois classés sans suite

Christophe Castaner fait le point surs risques de radicalisation dans le secteur public. Le ministre de l'Intérieur a déclaré jeudi 5 mars que "287 signalements" de radicalisation islamiste "d'agents publics" étaient parvenus à la Direction générale de la sécurité intérieure depuis le 3 octobre dernier, date de l'attaque de la préfecture de police de Paris.

Auditionné par la commission d'enquête de l'Assemblée nationale sur les dysfonctionnements ayant conduit à l'attaque de la PP, le ministre a insisté sur le fait qu'un "signalement de radicalisation était une suspicion" et qu'une "suspicion ne valait pas radicalisation". Pour rappel, les indicateurs sont le changement d'apparence physique ou vestimentaire, le soutien affiché au djihad, ou encore le prosélytisme. Christophe Castaner a souligné ainsi que "l'essentiel" des signalements était classés sans suite. Ces signalements ont été recensés par (...)

Vous aussi vous avez un peu de temps devant vous ? Profitez de 30 jours d'essai gratuit à Prime Video pour voir et revoir tous les films et séries préférés.

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !