Editorial. Même si une paix afghane définitive est loin d'être acquise, l'accord de paix signé entre Washington et les talibans à Doha, samedi 29 février, met fin à dix-huit années de gâchis.
Afghanistan : une paix en forme de défaite

Editorial du « Monde ». Il y a près de deux décennies, le 11 septembre 2001, une unité d’Al-Qaida parvenait à attaquer le cœur des Etats-Unis, à New York et à Washington. Les chefs du mouvement djihadiste international, dont Oussama Ben Laden, vivaient alors en Afghanistan, où le gouvernement taliban leur avait accordé l’hospitalité. Les talibans et Washington prirent chacun une décision qui changea à jamais l’histoire de l’Afghanistan et du monde : les premiers, même s’ils n’étaient pas complices des attaques du 11-Septembre, refusèrent de livrer aux Américains leurs camarades islamistes ; les seconds, après une guerre victorieuse de trois mois menée sur le terrain par des moudjahidin afghans contre Al-Qaida et les talibans, décidèrent d’entraîner la communauté internationale dans une occupation à long terme du pays.

Le monde paie encore le prix de ces deux funestes décisions – la troisième ayant été, en 2003, le choix de Washington d’envahir et d’occuper l’Irak, un pays n’ayant aucun lien avec Al-Qaida. Même si les chefs de l’« opération 11-Septembre », dont Oussama Ben Laden, ont été depuis longtemps...

Obtenez gratuitement votre guide mutuelle senior 2020 pour réaliser des économies !

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !