Cette mise en examen est "un signal fort" selon l'Apesac, l'association d'aide aux parents d'enfants souffrant du syndrome de l'anti-convulsivant. 
Affaire de la Dépakine : la mise en examen de Sanofi pour "homicides involontaires" est une "grande victoire" pour les familles de victimes

La mise en examen de Sanofi pour "homicides involontaires" est "une très grande victoire pour les familles de victimes de la Dépakine", indique lundi 3 août le communiqué de l'Apesac (association d'aide aux parents d'enfants souffrant du syndrome de l'anti-convulsivant). L'association, qui représente 7 500 victimes, avait appelé les familles à déposer plainte "pour que ces crimes ne restent pas impunis".

Effets de la Dépakine sur le fœtus : Sanofi annonce sa mise en examen pour "homicides involontaires"

Le laboratoire français avait déjà été mis en examen en février pour "tromperie aggravée" et "blessures involontaires" après le dépôt de 42 plaintes de familles. Il est par ailleurs au cœur d'une vingtaine de procédures au tribunal judiciaire de Nanterre (Hauts-de-Seine).

Cette mise en examen est "un signal fort de la part du juge qui pointe ainsi l’attitude ignoble de Sanofi à l’égard des victimes", écrit dans un communiqué l'Apesac. "Il faut que ces criminels en col blanc assument leurs responsabilités et fasse preuve de morale, d’éthique pour que ces enfants puissent être soignés. Il est urgent d’indemniser ces enfants pour qu’ils...

Faites une action inoubliable : en savoir plus sur le leg Unicef

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !