L'ingénieur financier français Michel-Thierry Atangana a été emprisonné arbitrairement durant 17 ans au Cameroun. S'appuyant sur cette tragique affaire, l'avocat Patrick Maisonneuve et Pierre-Alain Raphan, député LREM, défendent une proposition de loi afin de protéger les Français qui sont incarcérés de manière arbitraire à l'étranger.
"Affaire Atangana : protégeons les Français incarcérés arbitrairement à l'étranger"

La France, pays dit des « droits de l’Homme », a-t-elle abandonné sciemment un de ses citoyens français dans un cachot de 7 m² pendant 17 ans pour ménager ses relations diplomatiques avec le Cameroun ? La France, pays dit des « Droits de l’Homme », peut-elle encore assurer que les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits, que nul homme ne peut être accusé, arrêté ni détenu que dans les cas déterminés par la loi, et selon les formes qu'elle a prescrites ? La détention arbitraire est la négation même de ce principe.Cela a pourtant été le cas de Michel-Thierry Atangana, un citoyen français abandonné pendant 6 162 jours au Cameroun dans un cachot au sous-sol du Secrétariat d’État à la Défense de Yaoundé. Ni la mobilisation du département d’État américain, ni celles de des ONG Amnesty International et Freedom House, ni même le rapport accablant du groupe de travail sur la détention arbitraire de l’ONU demandant sa libération immédiate, n’avaient réussi à secouer les inerties des États pour mettre fin à son calvaire (cf. son livre-témoignage Otage judiciaire éditions Le Cherche Midi, Michel Thierry Atangana avec Anna Véronique El Baze, avril 2021).Un millier de Français...