Le jeune homme de 24 ans est mort en juin 2016 à la gendarmerie de Persan, dans le Val-d'Oise, après une arrestation violente.
Affaire Adama Traoré : la demande de reconstitution examinée jeudi 30 janvier par la cour d'appel de Paris

La demande de reconstitution déposée par les proches d'Adama Traoré est examinée jeudi 30 janvier par la cour d'appel de Paris, a appris franceinfo de sources proches du dossier. Depuis trois ans et demi, ils se battent pour connaître les raisons du décès de ce jeune homme de 24 ans. Il est mort en juin 2016 à la gendarmerie de Persan, dans le Val-d'Oise, après une interpellation musclée.

Depuis le début de cette affaire, les proches d'Adama Traoré soutiennent que c'est la technique d'intervention des gendarmes qui a provoqué la mort du jeune homme. Cette technique dite du "plaquage ventral" vient d'ailleurs de refaire parler d'elle après la mort de Cédric Chouviat.

Une première demande de reconstitution a été refusée par les juges d’instruction au printemps dernier. La famille a fait appel de cette décision. Pour l'avocat des proches, Maître Yassine Bouzrou : "Il est incompréhensible que les juges d'instruction censés rechercher la vérité s'opposent à la reconstitution alors que tant les gendarmes chargés de l'enquête (IGGN) que le parquet général y sont favorables. C'est la première fois que je vois un parquet qui œuvre plus que des juges...

Contribuez à sauver des milliers d'enfants : en savoir plus sur le leg Unicef

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !