COMMERCE - Le géant de la grande distribution est accusé par le ministère de l'Économie de contourner la loi française en imposant à ses fournisseurs des baisses de tarifs très importantes, sans aucune contrepartie, via sa centrale d'achat implantée en Belgique.

Pour la deuxième fois en un peu plus d'un an, le ministère de l'Économie accuse le groupe E. Leclerc de profiter de ses centrales d'achat pour contourner la loi française et imposer des prix trop bas à ses fournisseurs. Et cette fois, Bercy demande le paiement d'une amende record.

Bruno Le Maire, ministre de l'Economie, et sa secrétaire d'Etat, Agnès Pannier-Runacher, ont assigné plusieurs entités du géant de la distribution pour leur réclamer une amende de 117,3 millions. Les centrales d'achat en cause La principale entité visée par cette décision est la centrale belge d'achat de Leclerc, Eurelec, créée en 2016 et partagée avec l'allemand Rewe. Bercy l'accuse de "pratiques commerciales abusives (…) pour contourner la loi française et imposer des baisses de tarifs très importantes, sans aucune contrepartie, à certains de ses fournisseurs". Les centrales d'achat regroupent les commandes des différents magasins, jouant un rôle d'interlocuteur unique auprès des (…)

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour : 

Vidéo : Impressionnante sortie de piste d'un avion de la Patrouille de France