Sortie en salles le 15 juillet 2020 pour "Abou Leila", le premier long métrage du réalisateur algérien qui aborde la thématique de la décennie noire sous un angle inédit. 
"Abou Leila" : "J'aime beaucoup parler des hommes sensibles de l'Algérie", explique le cinéaste Amin Sidi-Boumédiène

En 1994, le terrorisme est à son paroxysme en Algérie. Le pays vit ce que l'on appellera plus tard, la "décennie noire". S. (Slimane Benouari) et Lotfi (Lyes Salem), deux amis de longue date, s'engagent sur les pistes du désert à la recherche d'un terroriste, Abou Leila, qui donne son nom au premier long métrage d'Amin Sidi-Boumédiène. Le film a fait ses débuts en 2019 à la Semaine de la critique, section parallèle du Festival de Cannes. Le réalisateur algérien y plonge le spectateur dans les méandres de la psyché d'un homme traumatisé. Sa tête, devenue le réceptacle de toutes les atrocités dont il a été le témoin en tant que membre des forces de l'ordre, fourmille de tableaux, savamment mis en images par Amin Sidi-Boumédiène. Abou Leila est un film tourmenté – à l'image de ses protagonistes et du sujet qu'il aborde – et son réalisateur, qui en est aussi le scénariste, affiche la vaste étendue de ses ressources cinématographiques au service d'un univers dense et singulier.

Franceinfo Afrique : vous traitez la question du traumatisme lié à la décennie noire de manière inédite en abordant sa dimension mentale et psychique. Pourquoi avoir...

Obtenez gratuitement votre guide mutuelle senior 2020 pour réaliser des économies !

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !