Ce "Golden boy" déchu de la finance âgé de 49 ans est jugé depuis mardi 8 juin avec cinq autres accusés.
A son procès, Arnaud Mimran martèle son "innocence" dans la séquestration d'un financier suisse

Il se dit "innocent". Le sulfureux homme d'affaires Arnaud Mimran a présenté jeudi 17 juin sa version de la séquestration en 2015, en vue de son extorsion, d'un richissime financier suisse. Une affaire qui lui vaut de comparaître devant les assises de Paris.

Ce "Golden boy" déchu de la finance âgé de 49 ans est jugé depuis mardi 8 juin avec cinq autres accusés - dont l'un de ses proches, l'ancien champion de boxe thaï Farid Khider - pour enlèvement, séquestration et extorsion en bande organisée. Les six coaccusés encourent la réclusion criminelle à perpétuité, tandis qu'un septième homme est jugé par défaut.

Issu d'une famille aisée du 16e arrondissement de Paris, flambeur et grand amateur de poker, Arnaud Mimran a été interrogé jeudi. "Je n'ai pas été au courant de la séquestration, je n'ai pas participé et je n'ai pas bénéficié d'un euro", a lancé l'accusé en chemise rose, sa main droite posée sur sa main gauche. Pendant toute l'après-midi, Arnaud Mimran a âprement et longuement contesté chaque élément à charge du dossier.

"Je n'aurais jamais pensé à recourir à une séquestration"

Le mobile, tout d'abord. Était-il ruiné au moment des...

En participant à notre grand jeu de l'été, remportez des chèques cadeaux d'une valeur de 500 € et un mois gratuit à notre offre de divertissement Hedony !