Plusieurs milliers de retraités ont manifesté jeudi à Paris pour dénoncer leur lente précarisation, ainsi qu'une dégradation des services publics.
A Paris, les retraités manifestent pour une « vie décente »AFP

Picardie, Champagne-Ardenne, Auvergne-Rhône-Alpes… plusieurs milliers de retraités sont venus de toute la France manifester à Paris, jeudi 2 décembre après-midi, à l’appel de neuf organisations syndicales (CGT, FO, CFTC, CFE-CGC, FSU, Solidaires) et associatives (FGR-FP, LSR, Ensemble et solidaires). L’épineux dossier de la réforme des retraites a pourtant été repoussé à 2022 par Emmanuel Macron, et les pensions vont être revalorisées de 1,1 % en 2022 (contre 0,4 % en 2021). Mais la prévision d’inflation est, elle, de 2,6 % cette année. Ainsi, les retraités auraient perdu entre 10 et 12 % de leur pouvoir d’achat depuis 2014, selon les syndicats.

« Le calcul est vite fait : entre 2015, ma première année de retraite, et 2020, nous avons perdu 500 euros par mois avec ma femme. Non seulement le coût de la vie a augmenté, mais en plus, avec l’augmentation des prélèvements comme la CSG [la contribution sociale généralisée a augmenté de 1,7 % en 2018], on a perdu de l’argent. Nous, les retraités, sommes les éternels oubliés du quinquennat d’Emmanuel Macron », peste Jean-Pierre, ancien cheminot à la SNCF. Si son cas le...