Avant de s'esclaffer, le Monsieur « économie » de la radio publique aurait dû lire son propre journal, écrit Jack Dion, éditorialiste de « Marianne ».
"À l’instar de Dominique Seux, les rentiers se bidonnent"

Avec la chronique économique quotidienne de Dominique Seux, dans la matinale de France Inter, on ne rigole pas tous les jours. L’autre vendredi, cependant, lors de sa confrontation avec Thomas Piketty, le directeur délégué des Échos s’est tapé sur les cuisses quand il a évoqué le récent rapport de France Stratégie sur les deux réformes phares du quinquennat Macron : la suppression de l’impôt de solidarité sur la fortune et l’instauration de la taxation a minima sur les revenus du capital (la « flat tax »). D’un ton définitif, Dominique Seux a lancé : « Quand on interroge les spécialistes, ils poussent un énorme éclat de rire en voyant ce type de rapport. » Ah ! Ah ! Ah ! Que nous ont donc dit ces esprits éclairés ?Avant de s’esclaffer, le Monsieur « économie » de la radio publique aurait dû lire son propre journal. En effet, ce dernier a titré, à propos du rapport susdit : « Les effets encore mitigés de la réforme de l’ISF » en soulignant que celle-ci « n’a pas d’impact direct sur l’investissement des entreprises ». Voilà qui est gênant, car c’est pour ça qu’elle a été officiellement mise en œuvre. C’est également pour ça qu’elle a été applaudie des deux mains par Dominique Seux...

Retrouvez vos produits et commandez en ligne ! High-Tech, Cuisine & Maison et Bien-être, retrouvez nos offres !