Jean Castex et Olivier Véran ont été interpellés par trois élus de la Mayenne et de la Sarthe sur la pénurie permanente d'effectifs, dénoncée par les soignants du centre hospitalier.
A Laval, la grève illimitée aux urgences relance le débat public sur les déserts médicauxAFP

Une visite en pleine nuit du maire de Laval (Mayenne), le soutien public de trois députés, des réactions du ministre de la santé, Olivier Véran, et du premier ministre, Jean Castex : la mobilisation du service des urgences du centre hospitalier de Laval a relancé le débat public sur les déserts médicaux.

Le personnel des urgences mayennaises est en grève illimitée depuis le 9 octobre. Sur les réseaux sociaux, la médecin Caroline Brémaud, chef du service des urgences, diffuse un journal de bord filmé, intitulé « Mon quotidien aux urgences », dans lequel certains de ses collègues racontent les conséquences concrètes des besoins d’effectif. « Sur le planning du 22 au 26 octobre, il y a seize plages de douze heures » sans médecin présent, explique un soignant. « A Laval, on est cinq équivalents temps plein pour un objectif entre seize et dix-huit. A peine un tiers de l’objectif cible », répète Mme Brémaud, invitée sur France Inter, le 18 octobre.

Dans une autre vidéo, le cas d’un patient blessé au pied fait l’objet d’un échange aux urgences. « Pas de filière traumatologie ce soir, donc tu reconvoques ici demain...

Retrouvez vos produits et commandez en ligne ! High-Tech, Cuisine & Maison et Bien-être, retrouvez nos offres !