Pratique individuelle face à des transports collectifs, le vélo devient le symbole d'une nouvelle lutte des classes
«A bicyclette». La chronique de David Lacombled

Il est assez inédit que des promesses électorales soient mises en œuvre avant même un scrutin. C’est pourtant ce qui est en train de se passer dans de nombreuses communes à quelques semaines d’un deuxième tour qui décidera de leur politique pour les six prochaines années. La prophétie était pourtant ancienne, datant ici d’octobre 2019 : « Le vélo est déjà gagnant ».

Après la crise. Beaucoup de villes ont déployé en quelques semaines des « plans vélos » qu’elles avaient prévu d’étaler sur plusieurs années. Il y avait urgence, au moment où les rues et les transports retrouvent leurs passants et passagers, de conserver une distanciation sanitaire tout en veillant à respecter l’injonction environnementaliste émise par les électeurs lors du premier tour des municipales. Avec la nouvelle étape du déconfinement le 2 juin, c’est en quelque sorte la Journée mondiale pour le vélo qui est fêtée avec une journée d’avance.

Ainsi, 50 kilomètres de pistes cyclables supplémentaires sont ouvertes à Paris, rognant largement sur les voies attribuées aux véhicules motorisés jusqu’alors. La rue de Rivoli, une des principales artères de...

Obtenez votre guide mutuelle des seniors et profitez d'un accompagnement personnalisé !

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !