Le directeur général de l'Agence nationale de la sécurité des systèmes d'information préconise aux opérateurs de recourir aux équipementiers européens, au détriment de Huawei, pour déployer la 5G
5G: en France, Huawei ne sera pas totalement banni

C’est le directeur général de l’Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information (Anssi) qui le dit. Dans une interview donnée au quotidien Les Echos, et qui paraît lundi 6 juillet, Guillaume Poupard explique « qu’il n’y aura pas un bannissement total » de Huawei dans le déploiement de la 5G en France, ajoutant cependant qu’« il y aura des refus ». « Les opérateurs qui n’utilisent pas Huawei, nous les incitons à ne pas y aller car c’est un peu le sens naturel des choses. Ceux qui l’utilisent déjà, nous délivrons des autorisations dont la durée varie entre trois et huit ans », précise-t-il.

« Nous ne sommes pas dans du Huawei bashing, ni dans du racisme anti-chinois », se défend Guillaume Poupard. « Nous disons juste que le risque n’est pas le même avec des équipementiers européens, qu’avec des non-européens. Il ne faut pas se mentir. »

Soupçons d’espionnage. Huawei est au cœur d’un bras de fer aux allures de Guerre froide entre les Etats-Unis et la Chine, Washington soupçonnant l’équipementier de se livrer à des opérations d’espionnage pour le compte de Pékin (ce qu’il dément) et...

Obtenez gratuitement votre guide mutuelle senior 2020 pour réaliser des économies !

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !