Le replay vidéo de la chronique matinale d'Europe 1
49.3: que des perdants !

Les deux motions de censure déposées contre le gouvernement pour l’empêcher de passer en force sur la réforme des retraites seront donc débattues dans la journée.

Deux motions de censure, ce qui est rarissime dans les annales de l’Assemblée nationale. Deux parce que le positionnement d’Emmanuel Macron au centre du jeu politique l’oblige à affronter deux oppositions, une sur sa gauche et une sur sa droite.

Sauf qu’elles n’ont aucune chance d’être votées, ces deux motions de censure ?

Non, la majorité est large. La réforme des retraites sera donc réputée adoptée par l’Assemblée avant la fin de la semaine.

Ce qui fait violemment réagir les oppositions.

Jean-Luc Mélenchon a même parlé de «pulsions totalitaires». C’est le problème, avec le leader de la France Insoumise, il va toujours un cran trop loin dans l’emportement. Ce qui est certain, c’est que son parti, allié aux communistes, avait donné une image pitoyable du travail parlementaire, avec près de 40.000 amendements déposés, dont la plupart faisaient davantage penser à une farce. Bloquer pour bloquer, ce n’est pas ça un débat, ce n’est pas ça la démocratie.

«Il...

Faites une action inoubliable : en savoir plus sur le leg Unicef

Vidéo : Bug à la pompe essence : le carburant est gratuit !