L’absence de revalorisation des pensions pénalise-t-elle les retraités ?

Selon l’organisme, l’absence de revalorisation des pensions de retraites au cours de l’année 2016 a conduit mécaniquement à une baisse en euros constants (sans tenir compte de l’inflation) pour les personnes déjà retraitées à la fin de l’année 2015. C’est le résultat de la hausse de 0.6 % de l’indice des prix à la consommation. Par ailleurs, la DREES ajoute que "rapportée au revenu d’activité moyen, la pension d’un retraité diminue au fil de la durée de la retraite".

Toutefois, malgré cette absence de revalorisation, elle constate que le montant moyen de la retraite de droit direct s’est accru de 0.9 %, comme expliqué précédemment. Cette hausse globale s’explique, selon elle, par un "effet de noria". Concrètement c’est le fait du "renouvellement de la population des retraités". Les nouveaux retraités, disposant d’une meilleure carrière et de pensions plus fortes que ceux décédés en cours d’année permettent un "rajeunissement de la population des retraités" qui "explique une part de la croissance de la pension moyenne de l’ensemble des retraités entre 2004 et 2016", écrit la DREES.

Publicité

Vidéo : La France a créé 57.000 emplois dans le secteur privé au premier trimestre