Retraite : ceux qui partent avant la réforme ont-ils raison de le faire ?

Souvent, les pré-retraités qui pourraient être concernés par une réforme ont tendance à précipiter la liquidation de leurs droits pour s’éviter le couperet. Cela n’a rien d’étonnant pour le directeur du Cercle de l’Epargne, qui rappelle encore qu’en France, "on a tendance à sacraliser le départ précoce". 

Pourtant, assure-t-il encore, il n’est pas toujours pertinent de prendre ses jambes à son cou dans ce genre de cas. Et il ne parle pas seulement du (très discuté) équilibre du système… "D’un point de vue financier, il n’est pas toujours intelligent de préparer sa cessation d’activité et de l’anticiper pour pouvoir partir avant la réforme. D’abord parce qu’on ne parle pas du grand soir : elles ne s’appliquent jamais sans prévenir, du jour au lendemain. Il y a toujours un effet de lissage, une période d’adaptation. C’est très progressif", rappelle l’expert pour commencer. Son propos ne s’arrête pas là. 

"Soulignons aussi qu’un départ précoce coûte mécaniquement de l’argent. Cela revient à amputer sa pension de plusieurs années que l’on aurait pu travailler, des points de complémentaire que l’on aurait pu gagner. Forcément, c’est onéreux", pointe l’économiste pour qui cela peut se révéler plus dramatique pour un foyer de retraités qu’une réforme. 

Et lui de conclure : "Souvent, c’est l’incertitude qui pousse les futurs retraités à partir en amont quand, parfois, il faudrait attendre…"

En participant à notre grand jeu de l'été, remportez des chèques cadeaux d'une valeur de 500 € et un mois gratuit à notre offre de divertissement Hedony !

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.