Retraites : les combines habituelles pour contourner la réforme fonctionneront-elles ?IllustrationIstock
À l'approche de la réforme certains pourraient être pris de contorsions pour tenter d'échapper aux nouvelles règles défendues par Emmanuel Macron et son gouvernement. Cela suffira-t-il pour ne pas souffrir du nouveau système ? Récapitulatif.
Sommaire

Retraite : pourrez-vous contourner la réforme ?

"Dans la construction de chaque réforme de retraite, il faut considérer tous les retraités de façon équitable", lance sans ambages Jean-Luc Izard, directeur du cabinet de Jean-Paul Delevoye, dans les colonnes des Echos. "Il est donc important qu'ils n'aient pas la possibilité d'optimiser leurs cas individuels", poursuit-il. Comprenez : pour les Françaises et les Français qui ne seront (a priori) pas épargné par la réforme, il n'y aura pas de porte de sortie. Pas moyen de contourner les nouvelles règles du système de solidarités intergénérationnelles sur lequel bûche l'exécutif depuis déjà des mois. Pourtant, le gouvernement peut-il vraiment se draper de telles certitudes ? Pas forcément, estime l'économiste Philippe Crevel dans nos colonnes. 

"Naturellement, Jean-Luc Izard ne pouvait pas dire autre chose. Parce qu'il fait partie de l'équipe exécutive qui planche sur la réforme, il est tenu à un certain type de discours", souligne d'abord le directeur du Cercle de l'Épargne, un centre d'étude consacré à la retraite. "Ce genre d'affirmation ne coûte pas cher à avancer… Pour autant, elle relève plus de l'incantation que de quoi que ce soit d'autre", relève encore le spécialiste qui estime d'ailleurs qu'il est clair que le directeur de cabinet du Haut-commissaire a conscience de la situation.

Pour l'expert, pas de doute, il sera possible de contourner la réforme des retraites. Ce n'est pas nécessairement vrai pour l'intégralité des actifs et des actives concernés par le changement de modèle, mais "il existera toujours des combines", fait savoir celui qui a fondé la Lorello Ecodata, société d'étude et de stratégies économiques. "Jean-Luc Izard s'inquiète de cela puisqu'il évoque d'ores et déjà le sujet en reconnaissant qu'il a toujours été possible de jouer entre les lignes jusqu'à présent. Il faudra juste savoir comment s'y prendre cette fois", analyse l'économiste.

Retraite : quelles sont les combines qui permettront de contourner la réforme ?

S'il est possible de contourner la réforme, comment faut-il procéder ? Le quotidien Les Echos évoque la possibilité de partir à la retraite de façon anticipée, notamment pour celles et ceux né(e)s en 1963. "La tentation pourra être forte de vouloir précipiter les choses, c'est-à-dire de faire liquider ses droits retraite selon les anciennes règles", écrit le journal. Un scénario pourtant jugé impossible par Jean-Luc Izard.

"L'exécutif pourra mettre en place tout un tas de dispositif visant à pousser les gens à retarder leur départ, ou au moins à ne pas le prendre en avance. Pour autant, aucun gouvernement n'a été jusqu'à formuler une interdiction légale. Sans elle, il ne sera pas possible d'empêcher les gens de faire valoir leurs droits s'ils décident de partir. Quitte à écoper d'une décote", avance pour sa part Philippe Crevel. L'hypothèse reste donc valable à ses yeux.

"Il reste dur de dire comment il sera possible de contourner la réforme, puisque nous n'avons pas encore le texte. Pour autant, il sera très certainement possible de faire valoir une carrière longue pour éviter de rentrer dans le système à point quitte, là encore, à devoir composer avec une minoration. Le nombre de critères qui permettront peut-être de s'en sortir avec une situation optimale est considérable : nombre d'enfants, pension de réversion, nombre de trimestres cotisés n'en sont que quelques-uns…", argumente l'expert.

Retraite : certains groupes seront-ils mieux lotis que d'autres ?

"Je défendrai jusqu'au bout la spécificité du statut des policiers et du statut des gendarmes pour que l'on reconnaisse cette spécificité et que l'on reconnaisse leur droit à un départ à la retraite plus tôt", déclarait sur BFMTV le ministre de l'Intérieur, en septembre 2019, rappelle Le Point. Des propos qui illustrent, selon Philippe Crevel, d'autres possibilités de contourner la réforme.

"Pour certains Français, appartenir à un groupe social spécifique peut être un atout. En effet, certaines professions négocient parfois des avantages, ou au moins des possibilités pour toute une génération de partir en amont sans être concerné par la réforme, en échange de leur soutien", rappelle l'économiste. "En 2003, certains corps de la fonction publique avait notamment bénéficié de tels dispositifs."

Parmi les groupes les plus susceptibles de profiter de tels arrangements, le directeur du Cercle de l'Epargne pointe du doigt les enseignants et le personnel hospitalier. "Pourtant, quand bien même le gouvernement cherche parfois activement de tels accords, il continuera à tenir un discours rigide sur le sujet", conclut l'analyste.