La réforme des retraites est-elle suspendue, oui ou non ? Et si oui, jusqu'à quand ? Le gouvernement n'hésite pas à souffler le chaud et le froid. Ce qui ne veut pas dire qu'il ne prépare rien… bien au contraire.
Retraite : voilà la réforme partielle qu'on vous prépare pour la fin du mandat MacronIstock
Sommaire

C’est un sujet que personne ne saurait enterrer. Mois après mois, crise sanitaire après crise sociale, la réforme des retraites sait toujours se réinviter dans le débat politique français. Et ce, alors même qu’elle a théoriquement été suspendue sine die, ainsi que l’a déjà expliqué Planet. D’aucuns, dès lors, y devinent donc la "réforme maudite" de la mandature Emmanuel Macron. C’est le cas de Bruno Jeudy, rédacteur-en-chef politique et économie chez Paris Match, qui rappelle combien le président et son équipe exécutive auront tergiversé à ce sujet au cours du quinquennat. Les "conditions" nécessaires à la réalisation de cet important chantier n’étant pas réunies, souligne-t-il, il apparaît probable que le président ne prenne pas de risque avant l’élection présidentielle. 

Si cela devait effectivement être le cas, ce mandat ressemblerait à l’essentiel des autres : il est rare de voir une équipe gouvernementale transformer du tout au tout le système de retraite français. Le sujet, rappelle Paris Match, est dangereux pour le sommet de l’Etat. Pourtant, insiste le site spécialisé Previssima, le chantier n’est peut-être pas mis de côté autant que l’on pourrait le penser.

Réforme des retraites : ce n’est parce qu’Emmanuel Macron l’a suspendue qu’il n’y en aura pas

Au sein du gouvernement, semble-t-il, un mot d’ordre persiste. C’est Jean Castex, le Premier ministre qui évoquait le 8 septembre dernier une "nécessité absolue" de mener à bien la transformation de notre modèle de solidarité inter-générations. Il s’agit en effet de garantir l’équilibre des comptes publics autant que d’apporter une réponse à la crise démographique qui, in fine, pourrait coûter très cher à la nation.

Certes, explique encore Gabriel Attal, "le projet, vu le temps qu'il reste d'ici la fin du quinquennat, ne pourrait pas être repris en l'état de 2019". Cependant, poursuit-il, cela ne signifie pas que d’ici au prochain scrutin présidentiel, le sujet ne reviendra pas sur la table. Il est "possible qu'il y ait sur certaines parties du projet des mesures qui soient prises d'ici la fin du quinquennat", a-t-il ajouté.

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.