Malus de 10%, surcote... Les raisons qui pourraient vous pousser à ne pas partir trop tôt à la retraite sont nombreuses. Certaines nettement moins agréables que d'autres.

Retarder son départ en retraite : quid du cumul emploi-retraite et de la retraite progressive

Pour les assurés qui souhaitent tout de même partir à la retraite à l’âge prévu, il existe aussi des dispositifs permettant de cumuler les revenus issus de la pension de retraite à ceux générés par une activité professionnelle. Il s’agit du cumul emploi-retraite et de la retraite progressive.

Le premier mécanisme concerne tous les retraités, qui doivent d’abord avoir mis fin à l’ensemble de leurs activités professionnelles, souligne le site du service public. Il permet de "reprendre une activité rémunérée dans le public ou dans le privé, que ce soit sous forme salariée ou non salariée" sous réserve de prévenir sa caisse de retraite le mois suivant la date de reprise. Dans certaines situations, il permet un cumul intégral des deux sources revenus tandis que dans d’autres, ce dernier ne sera que partiel, notamment si l’assuré ne remplit pas les conditions ouvrant droit à une pension de retraite à taux plein.

Publicité
Publicité

La retraite progressive permet, elle, de liquider une partie de ses droits à la retraite tout en continuant à travailler à temps partiel. Il s’agit d’un dispositif d’aménagement de fin de carrière, offrant la possibilité à l’assuré de percevoir un pan de sa retraite, avant de la liquider entièrement quelques années plus tard. Elle n’est cependant pas accessible à tous les retraités, rapporte le site du service public. En sont de facto exclu les cadres travaillant au forfait-jours, les voyageurs représentant placier, les artisans taxi affiliés à l’assurance volontaire ou les dirigeants de sociétés par exemple.