La nouvelle réforme qui concerne le futur malus Agirc-Arrco entrera en vigueur le 1er janvier 2019. Dans l'élan de la réforme sur les retraites, ce sont également les caisses de retraite complémentaire qui prennent le virage, en faisant fusionner l'Agirc et l'Arrco en une seule et unique caisse. Quels sont les impacts de cette orientation, et à quelles conséquences pouvons-nous nous attendre ? Tour d'horizon.
©iStockIstock

Comprendre la réforme Agirc-Arrco

Afin de simplifier le fonctionnement des caisses de retraite complémentaire, un seul et unique compte de points sera créé à partir de janvier 2019. La fusion des deux caisses Agirc (pour les cadres) et Arrco (pour les salariés) entraînera ainsi une simplification de fonctionnement. À cette réforme est associé un système de bonus-malus qui propose à tous les salariés nés après 1957 et remplissant les conditions ouvrant droit à la retraite de base de prendre leur retraite soit à la date du taux plein avec un malus de 10% jusqu'à 67 ans, soit après la date du taux plein, ce qui leur permet alors d'annuler le malus ou de bénéficier d'un bonus.

Conséquences sur la retraite

Tous ces changements liés à la fusion des caisses Agirc et Arrco sont a priori sans conséquence, notamment sur le nombre de points comptabilisés par les salariés et les cadres. Une seule nuance est à mentionner néanmoins, s'agissant des assimilés cadres : la réforme entraîne dès janvier la suppression du dispositif garantie minimale de points Agirc qui est propre à leur statut. On peut également relever que les actifs devront cotiser davantage auprès de leur caisse de retraite (2% supplémentaires) sans majorer pourtant le montant de leur future retraite.

Comparez les meilleures offres de mutuelles senior

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la matinale de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.