Fusion des régimes Agirc-Arrco, malus et bonus... Depuis le 1er janvier 2019, les régimes de retraites complémentaires ont fait peau neuve. Découverte des grands changements.
IllustrationIstock

Retraite complémentaire : le réel impact de la fusion des régimes Agirc-Arrco

Le système de retraite complémentaire des salariés qui comportait deux régimes distincts : le régime Arrco, réservé aux salariés non cadres, et le régime Agirc, destiné aux cadres (qui cotisent également à l’Arrco) ont fusionné depuis le 1er janvier 2019.

Ainsi : il n’y a plus aujourd’hui qu’une seule caisse de retraite complémentaire pour l’ensemble des salariés. Les droits acquis ont été repris* dans le nouveau régime unifié Agirc-Arrco et le statut de cadre ne rentre plus dans le calcul des cotisations. Seul compte le montant du salaire brut avec de nouveaux taux de cotisation.

Publicité
Publicité

Les points de retraite** cotisés sont inscrits sur le compte individuel de chaque salarié et servent de base au calcul de la pension versée par l’Agirc-Arrco lors du départ à la retraite.

Sachez-le : pour les non-cadres, soit plus de 80% des salariés, qui cotisent au seul régime Arrco, la réforme ne change rien. Les cadres, en revanche, ont vu leurs points Arrco et leurs points Agirc être regroupés.

* sans perte de valeur de leurs points précédemment cotisés.** En 2019, la valeur du point Agirc-Arrco a été fixé à 1,2588€. Un salarié ayant acquis 4000 points peut percevoir 5035,20€ par an en retraite complémentaire. Ces points font l’objet d’une revalorisation annuelle au 1er novembre.