Cette grave injustice qui touche certains retraités : l’impact des caisses complémentaires

Sans oublier, par ailleurs, l’impact du taux de rendement de la retraite complémentaire. Il s’agit du "rapport entre la valeur de service et d’achat", souligne le journal spécialisé en économie. Ce qui signifie que, depuis des années déjà, la valeur d’un point cotisé baisse. Il faudra donc en céder davantage pour accéder à une même pension, une fois la cessation d’activité en vue…

"La situation pourrait même se dégrader avec une différence de près de 23% du taux de remplacement entre les générations 1940 et 1996 si l’on avait pris pour les générations de 1996, un départ à l’âge légal à 62 ans", s’alarme d’ailleurs Hervé Boulhol, co-auteur de l’enquête avec Christian Geppert et Andrew Reilly.

Une situation d’autant plus inquiétante que l’Agirc-Arrco, principale caisse de retraite complémentaire en France, a décidé de la mise en place d’un système de bonus-malus susceptible d’amputer encore davantage la pension des retraité(e)s qui font le choix de partir dès l’âge légal… Pire ! Pour celles et ceux qui bénéficient des dispositifs favorables aux carrières longues, la décote peut s'avérer encore plus drastique, du fait d’une mauvaise communication entre le régime de base et les autres caisses de retraite.

Obtenez le guide pour investir dans l'immobilier et réduire vos impôts jusqu'à 6000€ !

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.