Qui n'a jamais rêvé de partir à la retraite avant l'âge légal ? Fort heureusement, il existe plusieurs astuces pour y parvenir. Attention ! Certaines nécessitent parfois de faire quelques efforts financiers…
Retraite : 7 conseils pour arrêter de travailler avant l'âge légal

62 ans, ce n’est pas un peu tard pour partir à la retraite ? Pas d’après Edouard Philippe qui, trois ans durant, a dirigé plusieurs gouvernements pour Emmanuel Macron. Désormais à la tête de sa propre formation politique, intitulée Horizons, le maire du Havre prône un report net de l’âge légal de cessation d’activité. Selon lui, il faut envisager de le reculer jusqu’à 67 ans potentiellement. C’est plus que ne préconisent l’essentiel des candidats de droite à l’élection présidentielle de 2022, ainsi que l’a déjà expliqué Planet. Valérie Pécresse et Michel Barnier, deux des plus radicaux prétendants en la matière, n’envisagent "qu’un" report à 65 ans. 

D’autres, en revanche, projettent un autre avenir pour la France. C’est le cas de Fabien Roussel, le candidat issu des rangs du Parti Communiste Français (PCF) ou de Jean-Luc Mélenchon, de la France Insoumise. Tous deux, ainsi que Marine Le Pen (Rassemblement national, ex-FN) préfèrent envisager un retour de la retraite à 60 ans. Cependant, de telles mesures ne verront le jour que si l’une ou l’autre de ces figures est élue et tient sa promesse. En d’autres termes, il vaut peut-être mieux ne pas compter dessus, si vous espérez partir à la retraite avant l’âge légal de départ. Et fort heureusement, il existe un certain nombre d’astuces - ou, a minima, d’options - pour y parvenir dès aujourd’hui. Plus d’informations à ce sujet dans notre diaporama. 

Partir à la retraite avant l’âge légal de départ : quelques détails à ne jamais perdre de vue

Attention, toutefois ! Dans certains cas, partir à la retraite avant l’âge légal de départ ne signifie pas liquider ses droits avant 62 ans. Il peut simplement s’agir d’arrêter de travailler - et donc de cotiser, assez mécaniquement - jusqu’à l’âge légal pour demander sa cessation d’activité. Ce type de pratique peut parfois s’avérer complexe à mettre en place ; puisque cela sous-entend forcément amputer sa pension in fine. Mais il est toujours possible de prévoir des compléments… !

1 - Utiliser les points de son compte de prévention

1/8
1 - Utiliser les points de son compte de prévention

Le saviez-vous ? Certains travailleurs, rappelle Notre Temps, bénéficient d’un "compte de prévention". C’est généralement le cas quand on a été exposé à un ou plusieurs facteurs de risques. Ce dispositif permet d’accumuler un certain nombre de points qu’il est possible, dans une certaine mesure, de convertir en trimestres de cotisations. Au total, il est possible d’obtenir jusqu’à 8 trimestres de cette façon… et donc de partir à 60 ans au lieu de 62. Avec le taux plein, potentiellement !

2 - Faire valoir ses droits en cas de handicap ou d'incapacité permanente

2/8
2 - Faire valoir ses droits en cas de handicap ou d'incapacité permanente

Les travailleurs handicapés - s’ils ont été amenés à exercer plusieurs années durant avec ce même handicap - peuvent partir à la retraite dès 55 ans. Ils ne sont pas soumis à la minoration de 10% de leur retraite complémentaire agirc-arrco mais doivent faire valoir un certain nombre de conditions parmi lesquelles un taux d’incapacité d’au moins 50%.

De la même façon, l’incapacité permanente ouvre droit à un départ légal à 60 ans à taux plein, à condition notamment de pouvoir justifier d’un taux d’incapacité de 20% au moins.

Le cas spécial des travailleurs de l’amiante

3/8
Le cas spécial des travailleurs de l’amiante

Tout salarié ayant bénéficié de l’allocation des travailleurs de l’amiante est autorisé à partir à la retraite dès 60 ans à taux plein. Cependant, il doit tout de même être en mesure de totaliser l’ensemble des trimestres requis pour pouvoir partir légalement à 62 ans, ainsi que devraient le faire normalement les autres travailleurs. Important : cet avantage est cumulable avec le départ anticipé pour carrière longue.

3 - Faire valoir ses droits en cas de carrière longue ou pénible

4/8
3 - Faire valoir ses droits en cas de carrière longue ou pénible

La carrière longue - ou pénible - ouvre, de fait, le droit à un départ anticipé à la retraite. Dans le premier cas, il est donc possible de partir dès 60 ans avec le taux plein, pour quiconque remplit l’ensemble des conditions (totaliser au moins 5 trimestres avant la fin de l’année civile de son 20ème anniversaire, réunir un nombre minimal de trimestres cotisés, tous régimes confondus, etc). Attention, cependant ! Ce dispositif ne protège pas contre la minoration de 10% de l’agirc-arrco. 

La pénibilité au travail, rappelle Previssima sur son site, "est prise en compte pour le calcul des droits à la retraite". "Lorsqu’il remplit les conditions de départ anticipé pour carrière pénible, un assuré à la possibilité de partir à la retraite dès l’âge de 60 ans en augmentant sa durée d’assurance (nombre de trimestres acquis)", précise le site.

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la newsletter de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.