Réforme des retraites : le choix de la politique de l’autruche ?

L’argument de l’exécutif, selon lequel il n’y aurait plus de besoin de financement à combler, est également avancé par la majorité des partenaires sociaux. En effet, comme l’indique Les Echos, les organisations syndicales et patronales ont fait sienne cette rhétorique.

"Si ce problème n’est pas adressé c’est avant tout parce que, aujourd’hui, le régime est à l’équilibre. Mais c’est le fruit de réformes passée", estime Philippe Crevel. "Aujourd’hui, on mène une politique de l’autruche, précisément pour éviter les sujets qui fâchent. Les syndicats refusent le report de l’âge légal du départ à la retraite, seule solution pour un système équilibré de façon durable, tandis que le patronat ne veut pas entendre parler de hausse des cotisations pour financer les retraites", explique l’économiste qui pointe également du doigt les "atermoiement électoralistes de ces organisations qui cherchent à remporter les élections en entreprise". "Il n’est pas question, pour de nombreux syndicats, de se ré-engager dan un nouveau cycle de réforme", poursuit-il, parlant d’«un jeu de dupe ou personne ne l’est vraiment".

Cet article vous a intéressé ?

Découvrez encore plus d'actualités,
en vous abonnant à la matinale de Planet.

Votre adresse mail est collectée par Planet.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.