Si les pensions de réversion ne seront a priori pas supprimées, elles risquent d'être très largement transformées... Et vous pourriez y perdre beaucoup.

Pension de réversion : vont-elles être supprimées ?

Emmanuel Macron l’a assuré : la suppression des pensions de réversion n’est qu’une "rumeur malsaine, visant à faire peur". Et Agnès Buzyn, ministre des solidarités et de la santé, d’ajouter : "rien ne changera pour les retraités d’aujourd’hui".

Pourtant le sujet reste difficile pour le gouvernement, notamment parce qu’il effraie beaucoup. Et au détour d’une déclaration, la ministre a ajouté davantage de craintes encore. "Pour les retraités de demain, nous maintenons, nous maintiendrons le système des pensions de réversion", commence Agnès Buzyn devant l’Assemblée nationale, rapporte Le Monde. "Cela concerne des femmes qui n’ont pas travaillé, qui se sont occupées de leurs enfants ou qui ont travaillé aux côtés de leur mari sans cotiser", poursuit-elle. Sous entendu : les femmes ayant travaillé ne bénéficieront donc plus des pensions de réversion.

En 2016, rapporte le quotidien national, le mécanisme bénéficiait à 4,4 millions de personnes, dont 89% de femmes. Il vise essentiellement à corriger les fortes inégalités de pensions entre hommes et femmes, au moins partiellement. Toutefois, selon les régimes, les règles pour pouvoir toucher cette pension varient drastiquement.

Or, pour certains acteurs de l’opposition, la déclaration d’Agnès Buzyn annonce clairement un "rétrécissement du périmètre à venir des pensions de réversion". C’est en tout cas ce que défend le député PS Luc Carvounas, qui accuse Emmanuel Macron d’être le "président des riches".

Pension de réversion : la nouvelle bourde d'Agnès Buzyn ?

Publicité
Ce n’est pas la première bourde commise par Agnès Buzyn. Comme l’écrivait Planet, elle a récemment provoqué la colère du chef de l’Etat en estimant que le report du plan pauvreté était du au parcours de l’équipe de France de football pendant la coupe du Monde en Russie. "Consciente de sa grosse bourde, Agnès Buzyn a fondu en larmes devant le Premier ministre et certains de ses collègues", indique le Canard Enchaîné, qui dévoile l’affaire. Le désarroi de sa ministre aurait touché Emmanuel Macron, qui se serait pourtant largement offusqué. "Comment peut-on mêler le foot et le plan ? Comment peut-on sortir des conneries pareilels ? C’est n’importe quoi ! Non seulement ils n’ont pas fait le boulot mais ils me font porter le chapeau ! Mais ils sont dingue", aurait-il déclaré.

Vidéo : Retraite : ce que vous devriez faire avant 70 ans

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité

A lire aussi sur Planet